L’arrêt de bus

Ce qui a déclenché cette série c’est la vitre cathédrale d’un arrêt de bus. J’aime cette légère déformation, ce rendu flou, cette irrégularité qui invite l’observateur à pénétrer dans un espace familier non littéral et sans information véritable.
S’offrait à moi une présence humaine à la fois proche, quotidienne et distancée qui me permettait d’aller vers des photos qui à la fois voilent et dévoilent. Ne commentent pas, mais nous tendent des fragments d’histoires, comme murmurées. A la frontière du réel. Un quelque chose qui renvoie aux interstices du temps. Entre figuration et abstraction.
Une autre image de nous-mêmes dans une société du dé-visagement et de la surenchère du regard.

Photographies. Prise directe. Papier satiné lambda contre-collé sur dibond et encadré.
Tirages de 1 à 3 en un seul format. (2013)

error: